"Plus des malades, mais des musiciens"